Durant des années, chaque membre de l’équipe a rencontré un grand nombre de personnes intéressantes concernées directement ou indirectement par le handicap. Chacun nous a apporté, par son expérience personnelle et/ou professionnelle, une vision nouvelle ou une approche différente de points de vue au sujet du secteur. Sans doute serait-il intéressant de vous parler de certaines de ces rencontres...

Nous placerons donc ici des interviews que nous réaliserons progressivement.

Nous vous invitons en attendant à suivre également les interviews réalisées par Justine Pecquet animatrice de "Cap ou pas Cap" (émission consacrée aux handicaps le jeudi de 16h à 17h sur Equinoxe Fm 100.1).

à suivre sur :
www.capoupascap1001.wordpress.com
www.facebook.com/capoupascapEquinoxefm
www.mixcloud.com/Cap_ou_Pas_Cap/

Blandine, une jeune femme (au)tour du monde

Blandine, une jeune femme (au)tour du monde

Interview de Blandine Even, jeune voyageuse autour du monde.
Blandine n’a pas la corpulence d’une baroudeuse et pourtant elle a choisi d’affronter seule les idées à priori...

Interview de Blandine Even, jeune voyageuse autour du monde.
Blandine n’a pas la corpulence d’une baroudeuse et pourtant elle a choisi d’affronter seule les idées à priori et les difficultés d’un tour du monde en chaise roulante. Elle n’a pas cherché à partir avec une assistance ou avec des amis alors que bon nombre d’entre-eux l’auraient suivie avec joie. Non, elle a préféré faire un bon bout de chemin seule avec sa chaise manuelle mais également avec une « cinquième roue motorisée » ...

Rencontre avec cette jeune femme hors du commun qui ouvre la porte d’un monde nouveau (F.L.). Interview novembre 2017

à suivre sur Facebook « Mille découvertes sur 4 roulettes »
www.facebook.com/1000decouvertes4roulettes

Blandine, tu en parlais depuis quelques temps de ce voyage mais quelle est la durée réelle consacrée à la préparation d’un tel voyage ?

Au total, les préparatifs auront duré près d’un an. J’ai mis environ 3 mois à construire mon itinéraire, en tenant compte des pays qui m’intéressaient, de leur accessibilité, de mon budget, et du climat sur place. 6 mois avant mon départ, j’ai commencé à réserver mes billets d’avion et les différents hébergements.
Lorsque je suis partie en septembre 2016, toutes mes réservations étaient bouclées jusque janvier 2017, date de mon arrivée en Australie pour un stage de 6 mois. Les deux derniers mois de voyage (de juillet à septembre 2017) ont été planifiés pendant mon séjour en Australie.

Combien de temps pensais-tu rester au départ et en fin de compte combien de temps es-tu restée ?

Je comptais partir de 10 à 18 mois, et mon voyage aura finalement duré un an !

Quelle a été ta plus belle surprise en matière d’accessibilité et à l’opposé ta plus grande déception ?

En matière d’accessibilité, ma plus belle surprise reste probablement Singapour. C’est de loin la ville (et le pays) la plus accessible que je connaisse. Là-bas, ils ne parlent pas d’accessibilité aux PMR mais de « Design universel », un concept selon lequel tout doit être conçu pour être accessible à tout le monde. Les transports en commun sont donc accessibles à tous sans devoir réserver une assistance à l’avance. Les trottoirs sont tous praticables en fauteuil roulant, et presque tous les bâtiments sont accessibles aux PMR, par l’entrée principale et non par une entrée « réservée » (et discriminatoire).

J’ai également été très agréablement surprise par l’accessibilité de nombreuses villes dans des pays qu’on considère souvent comme « moins développés », par exemple en Chine, au Chili et au Brésil.
Le choc fut d’autant plus grand lorsque je suis revenue à Bruxelles en septembre, et que je me suis rendue compte à quel point notre capitale était sous-développée en matière d’accessibilité… J’avais oublié que les trottoirs belges étaient si peu accessibles !

Ma plus grande déception est sans hésiter le Japon, où les transports en commun sont pratiquement 100% accessibles, mais où leur accès est limité à certains modèles de fauteuils roulants bien précis, et « enregistrés » par le gouvernement japonais. La politique d’accessibilité japonaise est malheureusement extrêmement discriminatoire… Avec mon fauteuil roulant, je pouvais monter à bord et descendre des trains sans assistance, et m’installer dans l’emplacement prévu à l’intérieur, mais mon fauteuil était apparemment « interdit » dans les trains japonais, et même dans les gares, pour une raison obscure que personne n’a jamais voulu m’expliquer…

As-tu changé ton planning en cours de parcours et pour quelles raisons ?
Est-ce qu’il t’est arrivé de vouloir tout abandonner durant ton parcours ?

Après ma première journée au Japon, j’ai failli quitter le pays dès le lendemain… Dès mon arrivée à l’aéroport d’Osaka, j’ai du me battre pendant 4h avec les employés de la gare, pour qu’ils me laissent prendre le train avec mon fauteuil roulant. En arrivant enfin à Kyoto, les propriétaires de l’hébergement que j’avais réservé sont venus me chercher à la gare, mais ont refusé que je séjourne chez eux, à cause de mon fauteuil ! Alors que j’avais communiqué avec eux par e-mail 3 mois plus tôt, et qu’ils étaient évidemment informés du fait que j’étais en fauteuil roulant… Après une heure de négociations (via un interprète de la gare), ils ont finalement accepté que je passe la nuit chez eux, mais à condition que je laisse mon fauteuil (électrique !) dehors pendant la nuit !! C’était évidemment hors de question…
Je me suis donc retrouvée à 23h, seule dans les rues de Kyoto, avec tous mes bagages, et sans savoir où j’allais passer la nuit…

Qu’est-ce qui t’a poussé à continuer ?

Déjà, quitter le Japon plus tôt m’aurait fait perdre énormément d’argent, vu que tous mes hébergements et billets de train étaient déjà réservés… Ensuite, je ne savais pas vraiment où aller, puisque mon visa chinois n’était plus valable, et que mon visa vietnamien ne démarrait que 3 semaines plus tard.
Finalement, je me suis dit que la suite allait probablement être plus tranquille, que beaucoup de gens aimeraient être à ma place, et que j’allais tout de même essayer de profiter de mon séjour au Japon. Je me suis accrochée à cette idée pendant les 3 semaines qui ont suivi, mais les difficultés pour me déplacer ont malheureusement continué jusqu’au dernier jour…

As-tu réfléchi avant ton voyage à l’impact qu’un tel exemple pourrait avoir sur la vie d’autres personnes concernées ?

J’ignore si mon voyage a pu avoir un impact sur la vie de quiconque (à part la mienne, bien sûr !), mais j’espère avoir réussi, au travers de mes récits, à montrer qu’un handicap n’empêche de voyager et de réaliser ses rêves. Voyager en fauteuil roulant n’est pas toujours simple, mais avec un minimum de préparation, c’est possible !

Depuis que j’ai créé mon blog (il y a trois ans), je reçois souvent des messages de personnes qui me demandent des conseils pour organiser leur voyage, des informations sur certaines destinations, ou qui veulent simplement me remercier de leur avoir (re)donné l’envie de voyager. Ça me fait super plaisir, et ça m’encourage à continuer !

Quel est l’accueil le plus chaleureux que tu as perçu durant ton ou tes séjours ?

À part au Japon, j’ai toujours été extrêmement bien accueillie. Même quand on ne comprend pas la langue du pays et que les gens ne parlent pas anglais, il suffit souvent d’un sourire pour ouvrir toutes les portes !
Je donnerais tout de même une mention spéciale pour l’accueil polynésien, où l’on se sent tout de suite comme un membre de la famille !

Quelle fut ta plus belle rencontre ?

En Chine, où de parfaits inconnus (rencontrés le tout premier jour de mon voyage) m’ont invitée au restaurant, et m’ont emmenée quelques jours plus tard sur la Grande muraille ! L’une des plus belles expériences de ce voyage…

Quel sera ton prochain voyage ?

Aucune idée ! Pour le moment, j’ai envie de me poser un peu, d’avoir enfin mon vrai « chez moi », de prendre le temps d’écrire et de refaire quelques économies…
Je ne ferai sans doute plus de grand voyage avant quelques années, mais il y a encore plein d’endroits en Europe que je rêve de découvrir : la Norvège, Rome, l’Islande ou encore la Grèce…

Comment vois-tu ton avenir aujourd’hui après quelques semaines revenue sur la terre belge ?

J’ai plein de projets dans la tête, mais je ne sais pas encore par où commencer ! Mettre à jour mon blog, écrire un livre, apprendre l’espagnol… et peut-être créer une association ou une agence qui organiserait des voyages accessibles ?

Merci pour tes réponses et ton temps…

Merci à toi